Le Che

 

 

 

 

 

 

 

Cette photo en noir et blanc à été prise par Alberto Korda le 6 mars 1960, lors d'un défilé de millions de personnes à la Havane pour l'enterrement des victimes de la Coubre ( attentat attribué à la C.I.A qui à fait exploser un cargo français chargé d'armes que Cuba avait acheté à la Belgique, faisant 80 morts et 200 bléssés). Le Che est apparu quelques instants aux côtés de Fidel Castro qui a fait un discours près du cimetière Colon.

Tout est parti d’une photographie. Ernesto Guevara, les cheveux en bataille, l’air déterminé et ténébreux, regarde vers le lointain. Cette photographie a été prise le 6 mars 1960, durant un discours de Fidel Castro à La Havane lors d'un défilé de millions de personnes pour l'enterrement des victimes de la Coubre (attentat attribué à la C.I.A qui à fait exploser un cargo français chargé d'armes que Cuba avait acheté à la Belgique, faisant 80 morts et 200 bléssés). Ce cliché d’Alberto Korda est publié dans les pages du journal Revolucion dans le cadre d’un reportage sur une conférence de Ché Guevara, en 1961. Intitulé “Guerrillero Heroico”, ce cliché ne connait pas pour le moment de succès international. Quelques années plus tard, en 1967, Guevara est abattu par l’armée bolivienne. Le cliché fait alors le tour du monde et symbolise la mort sacrée d’un révolutionnaire inspiré. Giangiacomo Feltrinelli, éditeur italien auquel Korda avait offert un tirage de la fameuse photographie, en profite pour faire tirer et vendre un million de posters.

Une nouvelle impulsion est donnée à l’image lorsque Jim Fitzpatrick, un peintre irlandais, reprend la photographie pour la styliser (voir la première réécriture), en 1968, alors que la figure de Guevara est reprise par les étudiants français en révolte. Korda comme Fitzpatrick n’ont pratiquement jamais gagné d’argent pour leurs œuvres, qu’ils n’ont pas protégées par un copyright. Korda n’a affirmé son droit de propriété sur la photographie que dans les années 1990 quand la société Smirnoff a repris l’image de Guevara pour vendre de la vodka. Cette discrétion des auteurs a permis un déchainement total d’exploitations en tous genres.

La photographie de Korda concentre en elle les caractéristiques qui vont déterminer le succès de cette image et de ses multiples déclinaisons commerciales. “La photographie de Korda concentre toutes les vertus qu’on attribue au Che : honnêteté, bravoure, désintéressement, défi, loyauté, fierté, sans oublier une dose de virilité militaire. Le visage de Che Guevara exprime autant la fermeté (face aux Etats-Unis) que la confiance (en l’avenir de la révolution), la négligence (barbe, cheveux longs au vent) que le sérieux de l’engagement (l’étoile de commandant sur son béret)”.

 

 

 

 

 

 

Les Réécritures

 

 

Les deux produits de base, les plus vendus, sont les t-shirts et les posters de Ché Guevara. Ici tout a un sens: le fond rouge,

c'est la révolution. Le béret c'est la lutte armée. La barbe et les cheveux c'est le guerillero. Mais il y a aussi d'autres éléments

qui ne sont pas visibles mais que l'on voit et que l'on sait sans y penser. Le visage est beau et grave, il symbolise la jeunesse,

une jeunesse éprise de liberté et de justice. Mais surtout aussi une jeunesse éternelle puisque Che Guevara est mort assassiné

alors qu'il n'avait pas 40 ans. Le Che ne peut pas vieillir, il est mort avant ... Donc sa jeunesse éternelle, c'est l'idéal de la justice

et de la révolte toujours recommencées...

 

 

 

 

 Cette réécriture est une oeuvre de Pop Art réalisée par Andy Warhol, représentant neuf portraits du Ché Guevara dans une

palette multicolore. Andy Wharol est une figure essentielle du Pop Art. A la fin des années 1950, il fonde la Andy Warhol Enterprises Inc.

et se consacre à la peinture d'abord à partir de comics (Popeye, Dick Tracy...) puis pour des biens de consommation

(Coca-Cola, boîtes, Campbell’s Soup), puis pour des unes de journaux. Au même moment,

Warhol réalise des sérigraphies de stars, avec la volonté de faire de l’art un produit de masse.

 

 

 

 

 

 Cette affiche publicitaire a été faite pour Greenpeace qui est une ONG non violente,

indépendante et internationale de protection de l'environnement.

"Cualquiera que se haga socio ya esta luchando, unete a la lucha"

(Quelqu'un qui se fait adhérant combat déjà, unis-toi à la lutte)

L'ONG utilise un enfant pour représenter l'avenir de la planète.

Le Che montre l'esprit d'engagement, de lutte, et de volonté.

 

 

 

Bernard Pras est considéré comme l'un des plus étranges et des plus originaux artistes de notre génération. Il crée des oeuvres en

positionnant des objets ordinaires sur un morceau de toile, une procédure appelée anamorphose. Il est né en 1952, dans le sud-ouest de

la France et a passé son enfance dans un magasin de jouets. Plus tard, il travaille comme peintre et comme sculpteur récupérés.

Après une courte carrièrede professeur d'arts plastiques, il invente une nouvelle forme d'expression que certaines personnes

appellent "trash-art". A partir d'une photographie, Bernard Pras crée d'agrébles oeuvres d'art en additionant des objets ordinaires

comme de vieux jouets, des outils, des bouts de caoutchouc ou tout ce qui lui passe par la tête.

 

 

 

Cette affiche publicitaire a été faite pour la marque de chaussures Converse. 

Elle met en avant la couleur rouge, symbole de révolution.

 

 

 

 

Che on Che par Banksy

Le Che n’est plus le symbole réservé de l’extrême-gauche, qui se sert du visage révolutionnaire comme étendard fédérateur

et personnage publicitaire. Il est aussi devenu un symbole du capitalisme, l’argument suprême de l’économie de marché,

capable d’absorber, d’annihiler et de recycler à son compte ses plus farouches opposants. Le symbole qu'il représente est

corrompu et c'est ce que veut montrer le travail artistique de Banksy.

 

 

 

(cette réécriture n'est pas signée)

Elle reprend le portrait du Che en remplaçant le visage par une tête de mort. Elle dénonce le côté obscur du personnage,

le revers de la médaille. Tout le monde n'est pas d'accord avec la sacralisation du Che, et voici le discours d'un internaute:

"De toutes ces années où l'Europe a collaboré avec les Soviétiques, en pleine guerre froide, alors que cette alliance lui promettait la terreur et la soumission, de toutes ces années de lâche compromission, il reste les portraits de Che Guevara. Cet immonde personnage, responsable de l'édification des premiers camps de concentration à Cuba (dans la baie de Guanaha), tête pensante de l'instrumentalisation de la jeunesse cubaine, responsable de centaines de morts arbitraires, cet assassin psychopathe, grand admirateur de Lénine, est porté par des centaines de milliers d'imbéciles à travers tout l'Occident.

"Je ne peux accepter quelqu'un qui n'a pas le même avis que moi" se plaisait à dire Guevara, dont le premier fait d'arme a été d'avoir ordonné la mort d'un gosse de douze ans qui avait volé de la nourriture alors qu'il marchait avec les guerrilleros dans la montagne. Parmi les autres "exploits" du grand révolutionnaire socialiste qui passait sa vie dans le quartier le plus riche de la Havane, la ruine de la banque centrale cubaine - dont il eut la direction pendant un certain temps - ainsi que l'exécution sommaire de guerrilleros luttant contre Battista mais comptant également lutter contre la dictature nouvelle instaurée par Fidel Castro."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le magazine Science et Vie Junior en janvier 2005

publie un numéro Hors-Série sur Einstein.

A cette occasion il est mis en scène tout comme

le Che afin de montrer que lui aussi est un révolutionnaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce pochoir non signé a été créé à l'occasion d'une pièce de théatre allemande

"Uyl en Spiegel" signifie "Uyl en miroirs". 

Uyl étant un homme politique, le Che habillé en bouffon serait une satire du personnages,

et la pièce doit faire miroiter les différents penchants de sa personnalité.

 

 

 

 

 

Ce pochoir qui représente le Che en pirate a été créé par un membre de ce TPE sous le pseudonyme de Dems.

 

 

 

Une sacrée affiche où cette année un Che Guevara au nez rouge se substitue au prince Charles.

Cette affiche permet à la fois aux célébrités et aux talents en devenir d'être associés.

En effet ce festival accueille à la fois des artistes confirmés (Anne Roumanoff) et des nouvelles têtes prêtes à se faire remarquer.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site